Cthulhu Dawn

« N'est pas mort ce qui à jamais dort et, en d'étranges éternités, la Mort même peut mourir... »
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Itsuki Kamiyama
Admin
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 29
Localisation : Strasbourg
Statut : Partisan (Necrose) Libraire
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Sam 13 Déc 2008 - 23:18

En quête d'un lieu tranquille pour passer une nuit plutôt paisible, Itsuki ne savait où aller... C'est alors que son envie de non répit parla. Il avait besoin d'adrénaline, e tenter quelque chose qui lui vaudrait surement la mort. Il décida d'aller passer la nuit chez les Humains.
Leurs refuges étaient connus de tous et, pour un humanoïde, il n'était pas très dur de passer la muraille innocemment.
Mais, une fois dans l'artère principal, son sang commençait a bouillir dans ses veines, une goutte de sueur perla sur son front.

*Merde, ressaisis toi! C'est déjà assez louche un mec bien sapé ici, si en plus je commence a trembler, on va me faire bruler sur la place du village en me donnant des coups de fourches!*

Il se redressa, baissa légèrement les yeux et pris un air abattue comme si son espèce entière était voué a la destruction... Histoire d'emuler la majorité des gens présent en ce lieu.
Il se dirigea ensuite vers le lieu où convergeait tous les pas. Un sorte de bordel. Avec écrit "Taverne" dessus.
Il prit son courage a deux mains, entra et fut assailli de toute part par des effluve orgiaque, de sueur, d'alcool et de volupté.

Itsuki remarqua une table qui semblait propre et où personne ne copulait sauvagement dessus. Il s'y dirigea en disant lorsqu'il passa prés du bar:

"Patron... Une bouteille de ton meilleur alcool, j'ai à oublié ce soir..."

Il s'assit ensuite, ou s'affala plutôt, sur la banquette. A peine trente seconde plus tard, une bouteille se posa sur la table accompagner d'un verre.

"Tu peu ramener le verre... C'est inutile ce soir... Par contre, une autre bouteille en prévision ne serrait pas de refut..."

Il avait décider que boire était le meilleur moyen pour se faire passer pour un habitué et pour passer une nuit raisonnablement agréable ensuite. Du moins, s'il ne vomissait pas partout en nécrosant le bois du sol...

Il n'eut pas le temps d'ouvrir sa bouteille qu'une fille de mauvaise vie vint a lui, la bouteille glacé qu'il avait commander dans son voluptueux bustier.

"Salut chéri. Elle se pencha pour noyer sa vision dans sa poitrine. Tu à envie de passer une bonne nuit? Je dois pouvoir t'aider.."

Il ouvrit une bouteille, descendit la moitié d'une traite et attrapa le petit visage de la jeune femme en face de lui dans sa main inoccupé.

"Ma belle... Que ta peau est douce! Ne reste pas là... La mort n'est jamais loin quand un homme est ivre. Prend ça et va te doigter dans un coin."

Itsuki lui glisser deux billet de cinquante au fond de son string et la reconduit tel un homme bien élevé.
Il laissa sa tête tomber en arrière, la bouteille a la main, porta le goulot a la bouche et la frappa fortement sur la table. Alors que le goulot se brisa dans sa main, il remarqua la présence d'un homme qui ne lui semblait pas inconnue. Il l'observa lentement avant de se rappeler d'un passage rapide dans les rue de la métropole.
Il prit un air dégager et retira un à un les bouts de verres qui s'étaient planté dans sa main.
Il passa lentement la langue sur le dernier avant de lécher ses plaies et de se remettre a boire en gardant un oeil sur l'homme qui venait d'entrer.
Il posa ses pieds sur la table et attendit patiemment que quelque chose se place...

_________________
"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so." -- William Shakespeare


Dernière édition par Itsuki Kamiyama le Lun 15 Déc 2008 - 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gokudera Hayato

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 26
Localisation : Isle sur la sorgue
Statut : Homme à tout faire
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Sam 13 Déc 2008 - 23:37

Gokudera détestait cet endroit, il le détestait vraiment, comme le refuge tout entier d'ailleurs. Pfff tu parles de la race humaine, même les animaux font preuve de plus de dignité. pourtant il était bien obligé de venir ici, les munitions éternelles n'existent que dans les jeux vidéos de mauvais cru et c'est exactement la même chose pour la dynamite, seulement son fournisseur a la fâcheuse habitude de bouger rapidement.
Cette "taverne", bien extrêmement infecte, a pour mérite, et bien le seul, d'être une mine d'information, dans cet établissement, on sait toujours tout sur tout, il y aurait bien quelqu'un pas encore ivre mort ou étouffé par la luxure qui saurait indiquer le chemin.
Tout en s'approchant du barman, il remarqua un visage qui lui était familier. Un léger sourire vint s'esquisser sur son visage, il se tourna alors devant le patron et lui demanda :

"Patron... un verre de lait s'il vous plait."


Ses amicaux voisins de chaise se mirent alors à le chambrer, pas très gentiment, allant jusqu'à essayer de lui taxer du fric. Seulement, ils reconnurent vite l'ancien mafieux, le laissant alors tranquille.
Récupérant son verre de lait, il se leva nonchalamment et s'approcha de la table de son ami amateur d'oiseaux morts. Il posa son verre délicatement et s'assit en face de l'homme.


"Alors, que fait un partisan dans un lieu aussi infect?"


il porta alors son verre à ses levres, buvant paisiblement son lait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilhelm St-Liebe

avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : ou je le veut bien
Statut : Forgeron...(ingénieur)
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Sam 13 Déc 2008 - 23:41

L'enfer... Doit se révéler bien minime a celui dont Wilhelm était prisonnier dans le moment, se promenant de rue en rue afin de trouvé un lieu ''calme'' pour trouvé un moyen d'abrutissez ses sens qui le martelait comme un fou... Les pleure d'un enfant semblable a des cris de démon, une femme ce faisant agresser par un homme au coin de la ruelle a droite en tournant sur l'artère principale... Deux homme ivres chantant des chansons grivoise à propos de leur femme décéder... L'enfer... Il progressa jusqu'a la femme qui était entrain de se faire agressé, et s'arrêta dans la lueur d'une lumière...

L'homme le regarda avec intérêt et gueula:

QU'EST-CE QUE TU VEUX GROS CON!!! CE N’EST PAS UN SPECTACLE!!!...

Wilhelm.... sauta un plomb, le cri de l'homme l’avait fait sombré dans sa folie habituel, il s'approcha tranquillement de l'homme, l’adrénaline dans ses veines courrait a une vitesse folle, il entendait son cœur battre a tout rompre, il s'approcha encore de l'homme... Quand il fût que seulement a quelque mètre de celui-ci... L'homme sortit un couteau de chasse et lança la fille par terre, il commença jonglait avec son couteau sur de lui même... Wilhelm fit un pas hors du noir et laissa apparaître ces yeux injecté de sang, l'homme respirait très fort, l'envie de Wilhelm de le tuai s'amplifia vivement comme l'adrénaline dans ces veines...

L'homme fonça vers lui en tenter de planté son couteau dans la tête de Wilhelm, celui-ci ce tassa un pas saisit le bras de l'homme et le renvoya et son propre crâne, l'homme s'empala de sa propre manœuvre le couteau dans la tête... Ce remuant le cerveau avec celui-ci, il mourut en le répandent sur le sol... La femme a coté de lui traumatiser s'enfuie en courant et une chance pour elle sans crier...

Wilhelm la regarda partir longtemps... Il la vie bien plus loin que n''importe qui le pourrait et bien mieux dans la noirceur de cette nuit.... Il entendit et huma l'odeur ainsi que le bruit d'une taverne non loin et décida d'aller abrutir ces sens grâce a l'alcool qui pouvait le soulagé quelque peu...


Wilhelm entra dans la taverne et un homme le regarda avec attention, Wilhelm entendit sa respiration quelque peu accélérai et les battements de cœur de celui-ci comme tout ceux des autres de la taverne, habituer a ce genre d'enfer il progressa jusqu'au contour et commende la plus grosse bouteille de fort que la taverne avait... Il se déplaça avec celle-ci et s'assit a une table non loin de celle de l'homme qui l'avait regardé attentivement a son arriver... Déjà une femme très attirante ce plaça près lui, ce collant a son bras pour lui faire sentir ces formes délicatement féminines.... Il la regarda dans les yeux et la femme se pencha... il murmura a son oreille:

Vas t'en... il y a un homme qui voudrait te voir nue, mais il ne souhaite pas payer et veut probablement t'agresser... il se trouve au bar...

Ce qui était effectivement vrai, Wilhelm l'avait compris parce que l'homme n'arrêtait pas de la fixer et son cœur battait a tout rompre définissant l'envie sexuel qu'il avait.... Wilhelm fit entrer sa main dans son sac et ressortie des calmants qu’il avala d'un trait... ils agirent rapidement, mais ayant pour seul but de diminuer son stress... La femme partie n directions du bar et ne vint plus le dérange le croyant fou....

Il détourna son regard vers l'homme qu'il l'avait fixé précédemment et attendit que quelque chose se passe parce que quelque chose aller se passer. Puis un homme vint s'asseoir près de L'homme qui l’avait fixé... et commença a parlé, il suivit la discutions sans mal...


Dernière édition par Wilhelm St-Liebe le Dim 14 Déc 2008 - 0:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itsuki Kamiyama
Admin
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 29
Localisation : Strasbourg
Statut : Partisan (Necrose) Libraire
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Dim 14 Déc 2008 - 0:04

Évidement, il avais été vite reconnus. Faut dire que l'on doit pas rencontrer tout les jours un homme qui s'amuse a attaquer a coup d'oiseaux mort...
Itsuki releva la tête vers lui, le fixa, et s'assit normalement, il posa sa tête dans sa main droite, deux doigts sur sa joue et enchaina après une gorgé a la bouteille cassée.

"Pffffff... Je ne peu pas me poser tranquillement... Je deviens trop connus moi..."

Il soupira de plus belle et repris.

"Et... Tu viens comme ça face a moi... Tu n'as pas peur de finir comme un oiseau? De toute façon, vous finirez tous ainsi"

Dit-il en s'étirant les bras en arrière dans un ample geste. Il commençait a avoir plus confiance en lui. Il se rendait compte que même si tout tournait en rixe, il n'aurait pas de mal contre quelques poivrots... Les prostitué serait surement plus violente...
Il s'amusait de la situation maintenant, prenait plaisir a avoir été démasque et prenait en amitié cet homme qui ne rêvait que de sa mort.

"Tu as remarqué comme l'ambiance est pesante pour un lieu de joie? Comme si chacun, au travers de sa jouissance n'attendait qu'une attaque qui leurs tomberait sur le coin de la gueule. Comme si chacun ne voulait qu'une dernière baise avant de mourir...
Mais,l'homme dans le coin est le plus étrange... Regarde bien celui avec son magnum... Bien que attentif a tout ce qui se dit... Il a sa bouteille contre lui... Surement conscient de sa faiblesse contre les démons... Profitant de sa force contre les humains...
Si tu as un minimum de jugeote, tu comprendras que pour toi, il est plus dangereux que moi en se moment... Moi, je veut juste picoler et dormir... Et peut-être nécroser un connard ou deux...
Tu te défini comme un connard???"


Il avait prononcer cette dernière phrase plus forte et pleine d'espoir que les autres, les yeux emplis d'avidité et d'impatience.
Puis, il fini sa bouteille, la jeta derrière lui pour qu'elle se fracasse contre le mur. Il empoigna la suivante et brisa le goulot d'un mouvement du poignet. Cette fois,il ne se taillada pas... Il y avait du progrès...

_________________
"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so." -- William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gokudera Hayato

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 26
Localisation : Isle sur la sorgue
Statut : Homme à tout faire
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Dim 14 Déc 2008 - 0:21

Le partisan cherchait à l'intimider, avait il réussi, cela était moins sur. Après avoir "combattu" avec un démon, il avait surement du prendre confiance en lui. Il posa alors son verre doucement.

"Tu sais, cet endroit m'est complètement indifférent, y compris ceux qui s'y trouve, je te donnerais presque mon feu vert pour une nécrose générale, seulement tu comprendra que je ne peux pas faire ça, après tout ils sont humains paraitrai-t-il"


L'odeur de l'alcool commençait à irriter Hayato, il déteste ce breuvage dont tout ces sacs à merdes s'enfilaient, alternativement avec les catins. De plus un mystérieux personnage les épiait, et cela commençait à vraiment l'agacer. la colère montait, elle arriva à un point tel qu'il en oublia la raison de sa venue en ces lieux, il se saisit alors de son verre, vide, il y inséra un mini-bâtonnet de dynamite et l'envoya valser du coté du mur d'en face. le verre éclata, suivis de près par une explosion plus impressionnante que puissante qui instaura tout d'abord un calme plat dans la salle..

"Enfin, ne pas les décimer est un fait, mais leur donner une bonne correction moi je ne suis pas contre.."


le jeune homme se leva d'un trait, se retourna, face à la foule puis, étalant un large sourire sadique lança un :

"Venez!"

Ce simple mot déchaina les foules, prêtent à bastonner à 15 contre un s'il le fallait. Après tout, l'honneur est un concept abstrait chez les nouveaux "guerriers"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilhelm St-Liebe

avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : ou je le veut bien
Statut : Forgeron...(ingénieur)
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Dim 14 Déc 2008 - 0:37

Wilhelm fut remarqué.... Un Baton de Dynamite explosa... Effet? Perte de sang froid totale, le voila a nouveau enragé comme une bête assoifé de sang il regarde l'homme qui a fait eclaté le baton de Dynamite une envie irresistible de le tuai commence a posséder Wilhelm... L'enfer... Encore... Les 15 hommes du bars geule comme des enragées sa y est il pète les plombs c'est fini pour ce bar probablement, il tentera de ne pas tué toutes les prostitués... il met la main dans son sac et sort un vieu fusil mittrailleure... Un M-16 de basse qualité avec des munitions perforante et incandésante...

Il se leva d'un bond renversant son sac, la table, la chaise et une femme qui se trouvait prèes de la... L'enfer va commencer... Il plaça rapidement des bouchons dans ses oreille pour diminuer le bruit de son arme et commence a tirer dans le tas d'abrutis qui geule comme des fous...

T'en pis pour eu, il devinrent du grueillere très très rapidement, surpris par la sauvagerie dont il venait de faire preuve, ceux qui avait des armes n'avait soit pas eu le temps de les sortir avant de se voir perforer par deux balles incandescante, déja elle avait traversé leur corps et fauché d'autre individus derrière ceux qui son mort... Malheureusement... Il n'avait plus de balle quand il s'aligna pour tirer sur monsieur dynamite... il jeta son armes parterre, le canon brûlant sur le sol pourrait déclenché un incendie tout autant que les balle incandescante qu'il veniat de tirer... Mais il s'enfoutait éperdumment il regardé ses deux cibles avidements.... Le premier monsieur dynamite et le deuxième Monsieur Secte maudite....


Il les regardas un bon moment et plongea a nouveau la mains dans son sac et sortit des grenades... Résultats... L'ENFER!!!

Il balança des grenades vers les deux individus et tout autre individu qui semblait hostile ou qui avait prit la malchance de crier... Mort imminente a l'horizon... Il saisit un stimulant et ce l'injecta le rendant encore plus fou... Mais augmentent ces réflexes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itsuki Kamiyama
Admin
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 29
Localisation : Strasbourg
Statut : Partisan (Necrose) Libraire
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Dim 14 Déc 2008 - 1:07

Itsuki dont l'alcool brouillait un peu le regard se sentait dans un joie rare. Lorsqu'il entendit qu'une bonne correction des humains était envisageable, un énorme sourire sadique agrémenta son visage. Ses yeux s'illuminèrent ensuite par l'éclat des flammes. Il vida sa bouteille d'une traite, la jeta dans le feu. Un gerbe de flammes explosa derrière lui, illuminât sa silhouette, projetant son ombre a l'autre bout de la taverne. Faisant régner la terreur dans le cœur des pauvres humains.
Alors qu'il allait s'apprêter a les faucher tous tel la mort, il les vit se cribler de trous en tout genre.
Sa rage devint incroyable envers l'homme qui venait de lui voler ses âmes!
C'est alors qu'il remarqua la pute qui l'avait aguiché tout a l'heure. Il lui attrapé un bras, la fit se baisser et lui murmura a l'oreille:

"Tu vois ce que je t'ai dit tout a l'heure? Les hommes deviennent cons quand ils boivent... malheureusement, tu n'a pas fuit... Dommage pour toi chérie!"

Avant qu'elle n'ait pu ajouter quelque chose, Itsuki appliqua la paume de sa main sur son visage et déchargea son pouvoir. Elle devint noir, les craquelures et le pus arrivèrent ensuite, puis, les asticots se développèrent a une vitesse hallucinante. Il l'attrapa a la gorge, souleva le cadavre.

"Hum, beauté fatal... Ton visage était tellement emplis de stupéfaction que s'en était un blasphème! Remercie moi... Certains aurait pu mourir pour toi... Belle a mourir prend ici tout son sens!"

Il enchaina d'un long rire machiavélique, attrapa la dépouille part les cheveux et se servie de sa force démoniaque pour la faire tourner au dessus de lui la lancer vers l'homme qui tenait maintenant des grenades. Le cadavre explosa sur lui, le submergeant de pus, de glaire et autres horreurs d'un cadavres frai... en décomposition.

"Voila qui refroidira tes ardeurs! Espèce de trouble fête!!"

Il se tourna vers Mr Dynamite, cherchant a savoir ce qu'il allait faire. Car il était évident que ce n'était pas une femme morte qui allait détourner l'autre fou de sa quete de mort total... Quoi qu'en soit la beauté de la femme.

*En plus, il me pique ma motivation de destruction... Encore un déranger qui n'est pas assez intelligents pour etre devenu partisan....*

_________________
"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so." -- William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herbert West

avatar

Nombre de messages : 10
Statut : Scientifique Necrologue
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Dim 14 Déc 2008 - 20:10

West avait ouvert en grand la porte de la taverne, s'étant rendu en cet endroit dans un but indeterminé (il ne buvait pas), voyant trois personnes encore présente. Tout les autres, plus ou moins en morçeaux, avaient terminés d'agoniser depuis peu, s'étaient cachés, ou s'étaient enfuis par quelques portes derobées. Sans doute le barmaid et les putes, pensa-t-il. Il esquissa un leger sourire en scrutant le nombre de cadavres encore dans un état acceptable.

"Bien, bien... Les tissus devraient être encore en vie..."

Sans se soucier un seul instant de ce qu'il suposait être des humains plus puissants que la normale et de leurs actes du moment, il s'approcha du cadavre le plus proche, posa délicatement sa malette de docteur style 1890 au sol, l'ouvrit lentement, sorti une fiole de plastique incassable remplie d'un produit vert fluorescent, ainsi qu'une seringue de taille moyenne. Il enfonca l'aiguille dans le goulot du recipient, et en pompa l'équivalent de trente centimètres cubes, sans se soucier des bulles d'air, évidemment.
Il attrapa l'un des cadavres ayant seulement la tête explosée en l'arriére du fait des balles, et lui enfonca sa preparation dans le cou, puis l'injecta.
Sans s'en soucier plus longtemps, il se dirigea vers d'autres cadavres, les injectant également, sans que personne ne l'en empêche.


"Dans trente seconde, ils se reléveront." se dit-il a voix haute tout en observant sa montre, et en continuant a les injecter un a un, même les parties séparées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gokudera Hayato

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 26
Localisation : Isle sur la sorgue
Statut : Homme à tout faire
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Dim 14 Déc 2008 - 20:39

Gokudera fut assez surpris de la réaction de ce fou furieux. C'est alors qu'il sorti des bâtonnets de taille moyenne, légèrement plus petit que ceux qu'ils utilisaient dans la métropole. Seulement, là où sa puissance se décuplait, c'était justement dans les lieux clos, une aubaine pour lui, un malheur pour les autres.
Il aperçut alors un nouveau venu, il avait le style d'un rat de laboratoire, il était accroupi au près d'un cadavre en lui injectant une mixture d'une couleur inhabituelle. Puis il s'était relevé tranquillement et répéta l'opération sur d'autres macchabées. Suite à cela, il prononça une phrase étrange, comme quoi les morts se relèveront dans les trente secondes. Après une réflexion sur le pourquoi du comment de cette phrase peu conventionnelle et ne voulant pas prendre de risque, Hayato inséra un mini-bâtonnet de dynamite, dans la bouche d'un des corps inertes avant de repartir aussi sec d'un bond furtif vers l'arrière. Il ne fallait surtout pas oublier les deux autres, et ne pas oublier non plus que les munitions pourraient lui faire défaut à un moment crucial de la bataille. À sa grande stupeur, le mort se releva, bâtonnet en bouche, Hayato d'un déplacement hyper rapide, alluma la dynamite, tellement vite que le présumé zombie ne put faire aucun geste réellement adapté, seulement un espèce de cafouillis incompréhensible qui s'arrêta bien vite lorsque l'explosion retenti. Sa tête explosa pour de bon, le corps était resté à peu près intact, le buste avait quant à lui légèrement noirci.


"Alors là.... J'en crois pas mes yeux, les cadavres qui revivent... Une bien belle invention que nous avons là, tant que je n'en fait pas les frais.... Bon maintenant, faut s'occuper des deux autres lascars..."

Maintenant le problème commençait à réellement prendre de l'ampleur, si en plus de ces nouveaux intrus apparaissaient des humains, venus à la rescousse, le carnage ne pourrait plus être évité. Qu'est ce que c'était excitant! Hayato qui arborait bien souvent un visage colérique laissait ici une pleine expansion à sa bonne humeur, le sourire aux lèvres, rigolant même parfois..
Le sang bouillonnant, il se précipita devant l'homme au fusil tout d'abord, il lui balança de la poudre à canon sur le visage, mais il ne put malheureusement pas la faire flamber, étant attaqué de dos par une de ces entités ni vivantes ni mortes.


"Ça commence à devenir le bordel ici, si je puis dire...."

Le partisan n'était pas en reste, tout le monde était attaqué par ces choses, et tout le monde y prenait plaisir.
C'était le début d'un e mêlée délirante dans laquelle perdre la vie n'était pas bien dur..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilhelm St-Liebe

avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : ou je le veut bien
Statut : Forgeron...(ingénieur)
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Dim 14 Déc 2008 - 21:05

L'enfer... Sombre délire envoutant... Les yeux inecté de sang, les idées completement brouillé par les calmants, hum hum hum, rire démenciel... De la poudre a canon qui se diriger droit vers lui... Il prit une grand inspiration et expira contre ce petit nuage noir... Amusant fou la poudre a canon partit dans le même sens qu'elle était arrivé tombant dans les yeux de la multitude de corps qui se relevé... un espèce de crétin qui faisait relever des corps...

A lui il pourrait être utile, le garder en vie serait bien... Il pourrait dévélloper un produit qui réduit le stress considérablement... Rire un peu maccabre... Il regarde les cadavres ce relever... Il enregistre le fait du pouvoir de décomposition de l'autre type, regarde les dynamites qui le rendent encore plus fou a cause de la lumière et du bruit qu'elles fonts... Définitivement... L'ENFER... Une dance maccabre, un prologue au bain de sang que ces adversers et lui même confirme... Pour une fois il ouvrit la bouche et parla:

''BOn BON BON... QUI VEUT ME JOINDRE DANS CET ENFER???''

Et déja sans se préocupper de quoique se soit d'autre il prit sa chaise et l'utilisa contre un des cadavres qui tentait de le saisir, la chaise se brisa, mais la totalité du crâne du zombie aussi et même une bonne partie de son torse avec... Il pencha et prit un éclat de bois et le plaça entre ces dents... Quelle belle fiesta s'annoncer, il n,aurait pas seulement la chance de combler ces envie meurtrière qu'une seule fois, mais deux et ces adverseres l'aiderai volontier sans même s'en rendre compte car dans le moment présent il avait tous le même but... Tué le plus sans mourrir...

L'enfer... Cet endroit n'avait que de place pour la folie... Il prit la table renversé devant lui et sans trop se préoccuper de ces adversers il la lança dans le tas de zombie... Elle aussi éclata en petit morceau et tua un nombre convenable de zombies... Les veines était plus que visible sur ces bras et partout sur son corps aussi... L'adrénaline... Mots infernal... Il saisit un zombie a mains nue et tenta de lui broyait la nuque ce qui fut plutot facile... étrangement la folie qui l'animait semblait lui donner un plus grand force apparente au phénomène de la rage...

Wilhelm regarda le bonhomme dynamite et courru dans sa direction lui volant un baton de TnT un peu plus gros que les autres... Il le fit prendre en feu et le balança vers monsieur décompostion qui commencer a ce faire entouré de cadavre embullant... Résultat... L'ENFER...

L'on verra bien qui sera debout encore a la fin en espèrant que nos trois amis le soit toujours... Twisted Evil....

Problème...... La folie de Wilhelm devint quelque peu incontrolable et il se mit a courrir comme un défoncer, plaqua un zombie de toute force et vola sur le doc a quatre pattes entrain de réanimer des corps... Il sauta par la fenêtre, mais c'est pas seulement la fenêtre qu'il brisa au passage, un partit du mur alentour était arraché faisant un trous béant dans le bar laissant entré un courrant d'air froid (il avait attrapé son sac au passage)...


Perdu et complétement fou Wilhelm se dirigea vers la porte des murailles qui ne tardrai pas a fermé et il les franchit comme un éclair et se retrouva a l'extérieur des murailles en quelque seconde... Il continua a courrir complétement perdu dans tout les sens possible a geulant comme un animal avant de se calmer et de retrouvé un ces sens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itsuki Kamiyama
Admin
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 29
Localisation : Strasbourg
Statut : Partisan (Necrose) Libraire
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Lun 15 Déc 2008 - 16:08

Itsuki avait beaucoup de mal a comprendre la soudaine agitation qui régnait ici et parmi les morts.

"Mais... Mais... C'est quoi ce bordel?! Les morts! Mes morts?!!!"

Son sang se dégrisa d'un coup, son esprit s'éclaircit, sa haine arriva en force. Ses pouvoirs lui affluait une aura noir de haine l'entourait, il ne bougeait plus, se lançant envahir, submerger par sa propre colère. Il ne voyait plus ce qui se tramait autour de lui. Les explosions le laissait de glace, les êtres décharnés se levaient et l'entourait. C'est alors qu'il perçut l'attaque directe de cinq mort-vivants et du fou qui lui lançait un bâton de TNT.

D'un mouvement dont toute la force et la vitesse était emprunt de son association démoniaque, il se baissa, faucha les mort vivant en concentrant une partie de son pouvoir dans sa jambe, les pauvres hères furent découpés sans mal de part leurs chairs putréfiées de nouveau, une fois a terre, ils fondirent dans un amas de chair putrescente, un jus de morts a l'arôme si particulier... et, emplis de glycine...Itsuki attrapa le bâton de dynamite avant qu'il n'ai touché terre et arracha la mèche encore gresillante.
Oubliant totalement les autres protagonistes, il se projeta vers l'autre blaireaux et lui enfonçât le bâton de dynamite, préalablement trempé de glycine, dans la gorge, la mèche allumé a proximité de son petit nez.
Il se tenait derrière lui et lui murmura a l'oreille:

"Ecoute moi ducon... T'as eu une mauvaise idée de t'en prendre a moi... Vois-tu, je suis venu ici pour me détendre... Et je suis légèrement désappointé. s'il y a une chose que je n'aime pas, c'est être désappointé...
Continue de me sentir le fion et je t'arrache le nez avec les dents!"


Il se dégagea et lui décocha un coup de pieds magistral dans le dos qui le fit atterir dans la flaque de glycine. Puis, partit lentement vers la sortie en sifflotant un air des Temps Moderne.
Une fois dehors, il se retourna vers l'établissement en flammes, attrapa un quidam qui passa par hasard par le coup.

"Tu vois mon brave... certaine chose sont inéluctable, Comme ta mort... Seulement, il y a des gens comme moi qui font arriver les choses plus vite..."


Il referma sa poigne, en etranglant le pauvre homme et se chargeant de décomposer sont visage. En cinq minutes, ses yeux furent les seules choses en état, flottant dans une marre de pus et d'asticots...

_________________
"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so." -- William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herbert West

avatar

Nombre de messages : 10
Statut : Scientifique Necrologue
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Lun 15 Déc 2008 - 18:04

West, après avoir réanimé les corps encore en état, observa le combat que menèrent les trois hommes contre ceux ci. Semblants s'oublier entre eux et ignorer le docteur, ils se concentrèrent sur les cadavres vivants et en tuèrent la plupart, tous de façon différente.

"Notons : il faut modifier le sérum pour augmenter la rapidité de re-obtention des aptitudes passée et hausser l'inventivité face aux situations inédites ou d'apparence inextricable."
Dit-il a voix basse tout en fermant sa malette et s'apprêtant a partir. L'homme a l'armure qui semblait légérement névrosé sauta par dessus lui et explosa le mur qui etais dans son dos. West se retourna, le regardant partir a une vitesse incroyable vers l'obscurité, et profita de cette ouverture pour s'enfuir en douce, regardant ses créatures au sol une dernière fois, en morçeaux pour la plupart. Il décida que l'expérience avait été concluante. Il lui aurait fallu l'un de ces hommes en tant que cobaye, en particulier celui a la nécrose facile, mais ce n'était ni le lieu, ni le moment. De plus, il se ferait surement éliminer avant d'avoir le temps de remplir une de ses seringues. Il etais peut-être fou, pour certains, mais certainement pas suicidaire.

Il etais a quelques mètres du bar lorsque le feu se déclara, faisant sortir de larges gerbes de feu des fenêtres. Le mur d'ou il etais sorti, quand a lui, semblait s'être muté en mur de flammes. Il pouvait légérement voir au travers ses créatures commencer a prendre feu puis devenir de plus en plus noire. Elles flambaient plus vite que les humains vivants. Nouveau point a noter.
Puis il vit l'homme a la necrose sortir par la porte principale d'un air tranquille, s'attendant a l'entendre chanter "j'ai bien mangé, j'ai bien bu" de par son air jovial, mais il n'en étais rien. Il se contenta d'exploser le cou d'un pauvre hère que la lumiére du feu avait attiré, lui serrant la tête jusqu'a qu'une pression absurde lui fasse sortir les yeux des orbites, les fendant en leurs centre, ejectant l'humeur vitreuse au sol.
West s'approcha, et lui adressa la parole.


"Pourriez vous ne pas continuer a maltraiter le corps de cet homme ? Je voudrais observer la resurrection après necrose."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gokudera Hayato

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 26
Localisation : Isle sur la sorgue
Statut : Homme à tout faire
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Lun 15 Déc 2008 - 19:14

Les événements c'étaient enchainés à une vitesse folle. D'abord le partisan, puis le fou, et enfin le scientifique, tous était sorti après avoir foutu la merde. Le feu se déclara alors, Hayato n'avait pas réagi de suite, un comble pour ce spécialiste des explosions et autres flambages. Il fut rapidement prisonnier des flammes. Ces dernières avaient pris soin de former un mur de la porte principale à l'énorme trou qu'avait fait l'autre fou furieux. Gokudera se dirigea précipitamment sur la porte de service, qui avait l'air encore en état, il l'ouvrit avec un certain relâchement, seulement à sa grande stupeur, il découvrit que les flammes avait aussi gagné l'arrière boutique. Il n'allait pas dire son dernier mot pour autant, le fond du magasin n'était pas encore incendié, il sorti alors un de ces derniers bâtons de dynamites, et fit sauter le mur avant de se jeter dans l'énorme trou qu'il venait de créer. Il fit une petite roulade avant pour amortir sa chute avant de se relever, dépoussiérant sa veste d'un geste désinvolte. Il murmura alors :

"Allons bon, je ne saurais finalement pas où ce trouve ce vieux fou, ce bar n'était vraiment d'aucune utilité finalement.."

Le bâtiment s'éffondra alors dans un énorme BOUM, les murs porteurs avait été touchés, et ce n'est rien de le dire! Quoi de plus normal après tout?
Hayato se fondit dans l'obscurité d'une ruelle, repartant à la recherche de son homme..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itsuki Kamiyama
Admin
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 29
Localisation : Strasbourg
Statut : Partisan (Necrose) Libraire
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   Mer 17 Déc 2008 - 14:56

Alors qu'il était tranquillement en train de regarder son beau feu de bois, une marre de chair a ses pieds, Itsuki se fit interpeller par le scientifique qui avait ramené tous ces morts a la vie.
Il ne put en croire ses oreilles, il lui demandait de faire putréfier le corps en son entier... juste pour ses expériences?!
Il ne savait que faire, il avait une forte envie d'accepter pour montrer son pouvoir mais en même temps, l'idée de faire ce que lui demandait cet homme le répugnait...
Il choisit une alternative simple.
Apres dix secondes de concentrations, il frappa le sol d'un coup de pied unique qui laissa une profonde trace de pointure quarante deux dans le sol. Un flot sombre sombre en ressortit et décomposa le corps a terre en un coup de vent.

"Voila Docteur... Il prononça ce dernier mot avec mepris. Vous avez eu ce que vous vouliez? Alors dégagez la vois... un coup de pied au cul serait si vite arriver... sa serait dommage que vous ayez des vergetures aussi violente à votre age... et surtout en étant encore vivant..."

Il plongea son regard dans l'esprit vide de cet homme et n'en ressortit que du dédain.
Il avançât vers le pommier devant lui, cueilli une pomme et partit en la mangeant vers la sortie. Sans se soucier de tous les humains trop stupéfait par sa démonstration de pouvoir pour esquisser le moindre geste de violence a son encontre.
Arriver au milieu de la rue, il se retourna pour contempler la ville et dit à qui voulait l'entendre:

"C'est une charmante petite bourgade que vous avez là... Je repasserai sans doute plus tard... Bon baisé à vos épouse et bisou à mémé"

Il finit de manger sa pomme et décida de ne pas manger le trognon. Il fini par se decider à où le jeter. Il vit au loin le prof, prit son élan et lançât a son visage le résidus de pommes qui se décomposait au vol...

_________________
"There is nothing either good or bad, but thinking makes it so." -- William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Esquisse D'Un Carnage [LIBRE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cthulhu Dawn :: Refuge des Humains :: Porte de la muraille :: Taverne Improvisée.-
Sauter vers: